La Fédération canadienne nationale de la chèvre (FCNC) est heureuse d’annoncer qu’elle a reçu une aide financière d’Agriculture et Agroalimentaire Canada pour son Projet d’identification et de traçabilité des chèvres. Le projet préparera l’industrie caprine du Canada à l’entrée en vigueur du programme national d’identification (NGIP) et de traçabilité des chèvres, un programme obligatoire prévu par le Règlement sur la santé des animaux.

Lawrence MacAulay, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, affirme que « le secteur de l’élevage du bétail joue un rôle important dans la croissance économique du Canada. Investir dans un système national d’identification et de traçabilité des chèvres aidera le secteur à améliorer la salubrité et la qualité des aliments pour les consommateurs au Canada et à l’étranger. »

« Je suis ravie que la Fédération ait reçu cette aide financière. Nous pourrons ainsi mettre en place les volets nécessaires pour permettre aux éleveurs de chèvres de se conformer au règlement sur la traçabilité lorsqu’il entrera en vigueur », a déclaré Beth Peers, présidente de la FCNC.

Grâce aux fonds d’AAC, la Fédération peut continuer avec le projet et axer ses efforts sur un certain nombre d’objectifs clés, notamment la sélection d’identificateurs d’étiquettes pour chèvres, la sélection et l’embauche d’un administrateur de la traçabilité, l’élaboration d’une stratégie de communication et l’organisation d’activités de sensibilisation à l’intention des éleveurs.

La Fédération a donc embauché récemment une gestionnaire de projet pour superviser et mettre en oeuvre le projet. Lorraine Stevenson-Hall est de retour à la Fédération après avoir dirigé avec succès l’élaboration du Programme de salubrité alimentaire à la ferme pour les éleveurs de chèvres en 2013. La grande expérience de Lorraine dans l’élaboration et la prestation de programmes de salubrité alimentaire à la ferme, y compris son travail pour la Direction des programmes de salubrité et de traçabilité des aliments du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario, lui sera très utile pour diriger le projet et ses nombreux volets. Lorraine a déjà travaillé pour l’organisation Egg Farmers of Ontario où elle a administré un programme de salubrité alimentaire à la ferme et pour la Fédération canadienne du mouton où elle a géré et supervisé son programme de salubrité alimentaire à la ferme.

« L’industrie caprine du Canada est un secteur stimulant et en pleine croissance, dont il faut faire partie, qui donnera la chance aux éleveurs de tirer profit de la traçabilité. J’ai hâte de
travailler avec la Fédération et les éleveurs pour préparer l’industrie à l’entrée en vigueur du programme de traçabilité », a dit Stevenson-Hall.

L’automne dernier, la Fédération a commencé à mettre des étiquettes à l’essai pour déterminer quelles sont les meilleures options en matière d’identificateurs pour les éleveurs de chèvres. En tout, neuf identificateurs sont mis à l’essai par les éleveurs de chèvres du Canada. La Fédération recueille de précieux commentaires sur la facilité d’application, la lisibilité et la conservation des étiquettes. Les identificateurs choisis seront ensuite présentés à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pour approbation officielle.

La Fédération travaille au dossier de la traçabilité depuis un certain nombre d’années déjà. Elle a, entre autres, examiné et commenté le projet de règlement sur la traçabilité lors des séances de consultations de l’automne 2013 et du printemps 2015 que l’ACIA a organisées. La Fédération a aussi entrepris l’élaboration de ressources sur la traçabilité pour les éleveurs de chèvres et a mis en oeuvre son Programme national d’identification des chèvres qui est facultatif. En 2014, elle a mis sur pied le Comité national sur la traçabilité des chèvres qui est composé de représentants d’éleveurs venant d’un peu partout au pays. Le Comité a comme mandat d’orienter l’élaboration et la mise en oeuvre d’un programme national de traçabilité des chèvres et de formuler des recommandations stratégiques pour le conseil d’administration de la Fédération.

Le projet de réglementation de l’Agence canadienne d’inspection des aliments comprendra des espèces qui sont vulnérables aux mêmes maladies. Les modifications au règlement, qui inclut déjà les moutons, permettront d’y ajouter les chèvres et les cervidés.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la Fédération.